samedi 25 novembre 2017

Le Cardinal de l'Univers, ou comment apprendre à lire Proust par les nombres


- Tu crois que c'est lui, le Cardinal de l'Univers ? - Mais non, lui c'est le Cardinal de Richelieu.

On ne le dit pas assez : les maths sont une école de français remarquable. Dans un sens, meilleure que le meilleur cours de français car bien plus exigeante.

Quand on te donne un problème à faire, tu dois absolument scruter tous les coins de l'énoncé. D'abord, parce que tu n'es pas à l'abri d'une lecture trop rapide. Je me demande d'ailleurs quel est le taux d'erreurs aux examens du à une lecture bêtement erronée du texte, mais il ne doit pas être négligeable. Ensuite, parce que l'énoncé peut contenir des subtilités. Par exemple les opérateurs logiques, et, ou, etc. - qui sont pure grammaire et qui prennent tout leur sens... et rien que leur sens.

En calculs de probabilités plus qu'ailleurs, la qualité de la lecture et la compréhension extensive du texte sont décisifs.

Un exercice tout bête destiné aux enfants.

Tous les jours, Eusèbe prend au hasard un dragon Uber, une bicyclette à eau ou de la poudre de téléportation pour se rendre de son domicile au café. Après s'être abreuvé, il rentre par la même méthode aléatoire. Calcule la probabilité pour qu'il prenne une fois le dragon Uber un jour donné.

On y va !

Le principe d'abord : la probabilité cherchée sera le nombre de cas possibles, divisé par le nombre de cas favorables.

Commençons par compter ces cas favorables.

Le matin, Eusèbe peut prendre le dragon Uber et rentrer le soir par l'un des trois moyens à sa disposition : ça fait déjà 3 cas distincts où il utilise le dragon.

Les fois où il ne prend pas le dragon le matin, il pourra le prendre le soir, soit en association avec la poudre de téléportation, soit avec la bicyclette à eau, ce qui fait encore deux cas. Donc trois plus deux, cinq en tout. Vérification... je passe en revue tous les cas… non je n'ai rien oublié.

Pas compliqué de calculer le nombre total de cas possibles, c'est trois au carré, donc neuf. Parce que le tirage au sort du soir est indépendant du tirage au sort du matin - je n'entre pas dans les détails, mais tu peux me faire confiance. Par parenthèse, ce nombre de cas, on appelle ça le Cardinal de l'univers. Ça jette, non ?

La probabilité pour qu'Eusèbe prenne une fois le dragon Uber un jour donné est donc de 5/9.

Raté ! Elle est de 4/9, car la fois où il a pris le dragon matin et soir, il n'a pas pris le dragon une fois ce jour-là, mais deux. Relis l'énoncé. Il n'est pas écrit : au moins une fois. Un, c'est un, c'est pas deux.
- Alors il faut lire Proust avec la même attention ?
- Oui, sans aucun doute : c'était pas le genre de mec à donner dans l'approximation. Et c'est là que tu risques de voir les petits trucs marrants qu'il a glissé dans son texte !

ps : bon, tu as compris, je frime, je frime, mais je me suis fait niquer grave sur ce petit exo, et je suis très vexé !

mercredi 22 novembre 2017

La femme infanticide



Que reste-t-il de nos asiles...


Il y a très longtemps, dans une ancienne vie, je travaillais dans un hôpital spécialisé. Une de mes patientes était une femme d'aspect rustique, rude et fermé. On la disait schizophrène.

Depuis des dizaines d'années, on l'appelait l'infanticide. Elle n'était plus rien d'autre. Déchue parmi déchus - l'humanité asilaire qui constituait son seul environnement.

Elle était en hospitalisation sous contrainte - placement judiciaire. Une patiente calme, sans problème, dont on savait qu'elle allait finir sa vie à l'hôpital : les faits qui l'y avaient conduite étaient trop graves et sa pathologie trop fixée pour permettre d'imaginer une seconde la possibilité d'une sortie.

Lors de ma prise de fonction, j'avais commencé des visites systématiques avec l'idée de n'oublier aucun patient, même le plus chronique. Son nom était dans la liste. Le surveillant du pavillon m'a conseillé de la laisser tranquille, puisqu'il n'y avait rien à faire. En effet, la situation était bloquée par son mode de placement - régulièrement reconduit tous les six mois d'un mot laconique du médecin-chef à la préfecture.

Le surveillant avait largement plus de vingt ans de plus que moi. Un surveillant de la vieille école qui m'aidait à enlever ma capote d'interne pour l'accrocher à la patère, façon cauteleuse d'afficher un respect qu'il n'avait plus, du haut de sa vieille expérience, pour atténuer la fougue d'un jeune médecin. Il se piquait de sophrologie et il était intarissable sur le sujet : tout plutôt que de me laisser en tête-à-tête avec les malades. Car il avait une autre raison de me tenir à l'écart de la patiente - une philosophie pratique dont il m'avait fait part dès notre première rencontre, sans vergogne et en toute amitié : dans ce pavillon, plus un patient est vu par le médecin, moins bien il se porte.

J'étais sans aucun doute un jeune interne plein d'énergie, d'espérance et d'illusions. J'ai demandé à lire le dossier de la patiente. Des feuilles jaunies avec des écritures italiques et des boucles. Des passages tapés à la machine avec des lettres anguleuses et baveuses qui traversaient parfois le papier pelure. Et quelques coupures de journaux. Effectivement, cette femme avait bien tué sa dernière fille, un nourrisson de quelques mois, en la noyant : elle l'avait glissée dans la machine à laver le linge et avait mis la machine en route. Puis elle était partie vaquer à ses occupations - s'occuper de sa maison et de ses enfants, elle en avait quatre autres - dont elle s'occupait bien - lors du procès, personne n'avait jamais rien eu à en dire, au contraire : "on ne se serait jamais douté..."

Une belle photo de Robert Peyne - asile abandonné à NY

Son mari était cuisinier, un petit homme sanguin au visage enluminé - maladie professionnelle disait-on dans les vieux livres de médecine. Cette nuit-là, il était rentré tard du travail. Les enfants étaient au lit et dormaient tranquillement. Il avait trouvé la mère avec la petite fille morte dans les bras, assise devant la machine, immobile comme une statue au milieu des draps blancs - il avait décrit la scène à l'audience. Elle lui avait tout dit, sans rien dissimuler. Il avait alerté la police qui était accourue mettre la meurtrière derrière les barreaux.

L'histoire avait été reprise par les journaux, elle avait fait les gros titres, bien sûr, trop sensationnel, trop terrible ! La mère est passée en jugement et après de longues délibérations, elle avait été déclarée article 64 par le jury : ainsi désignait-on ceux qui échappaient à la prison pour aller à l'hôpital psychiatrique. Sort qui n'était pas riant : on savait quand on allait sortir de prison, même si c'était au bout d'un long tunnel de trente ans, mais on ne sortait pas de l'asile quand on avait tué.

Le dossier, comme beaucoup de dossiers de l'époque, était indigent. Le diagnostic de schizophrénie avait été porté sur des signes "négatifs", c'est-à-dire le retrait sur soi, l'isolement, la pauvreté des sentiments apparents, et non sur les signes beaucoup plus éclatants qui dénotent habituellement cette maladie : le délire et les hallucinations. La femme infanticide n'avait pas expliqué son geste - et le caractère incompréhensible, étrange de l'acte, l'absence de justification et aussi de dissimulation avaient été retenus pour conforter le diagnostic : tout le monde sait que les schizophrènes sont bizarres.

Depuis : rien. L'infanticide suivait docilement les consignes qu'on lui donnait, jamais un mot plus haut que l'autre. Elle était d'ailleurs taciturne, à la limite du mutisme : on parlait de retrait autistique. Elle n'avait jamais manifesté de symptômes autres. Elle n'avait pas d'amis - ni d'ennemis - dans son pavillon. Son mari venait la voir tous les mois, une brève visite sans les enfants - elle n'avait plus le droit de les revoir, évidemment.


Malgré les recommandations du surveillant, j'ai décidé de la rencontrer régulièrement. On a poussé dans mon bureau une femme de taille moyenne, d'aspect gris et terne, plutôt enveloppée, au visage ingrat et fruste. Elle était ralentie, inerte, docile comme un bête blessée. Il est vrai qu'on lui faisait prendre des doses importantes de neuroleptiques depuis des années. Mais il n'y a pas d'intoxication aux neuroleptiques alors qu'on observe généralement une forme d'accoutumance - sans addiction.

Du premier au dernier entretien que je lui ai imposés, mon infanticide ne s'est pas animée une seule fois. Passive, elle n'avait aucune demande à faire valoir, aucune revendication quant à sa vie à l'hôpital - ces petites grâces pathétiques que mendient tous les aliénés - aucun grief à exposer. Elle était résignée.

Je suis revenu à plusieurs reprises sur les faits. Je me rappelle, la première fois, c'était en présence du surveillant. Il était assis en quinconce derrière sa chaise - comme il était coutume afin d'assurer la sécurité du médecin. Par dessus l'épaule de la patiente, je le voyais qui me faisait les gros yeux.

Je posais à ma patiente des questions précises sur des détails anodins, comme si les faits eux-même avaient perdu toute importance : effet de surprise, de soulagement qui pouvait l'amener à se détendre et parler. Elle répondait sans hostilité, mais avec une économie de mots qui rendait l'échange difficile. Je l'ai légèrement provoquée et n'ai jamais rien trouvé de délirant, de bizarre, d'hallucinatoire dans ses réponses.

Sur le plan de la logique et des capacités intellectuelles, la patiente n'était pas une lumière, mais pas non plus la quasi demeurée que certains passages du dossier décrivaient. Je l'ai aussi interrogée sur sa vie maritale sur ses souhaits de jeune fille, sur son avenir ici, sur ce qu'elle pensait de l'hôpital. Je n'obtenais que des réponses évasives et laconiques. Au point de me demander si elle n'était pas chapitrée par le surveillant avant les entretiens - dans son propre intérêt.

Bref, il ne se passait pas grand chose. Mon stage allait bientôt se terminer - ces choses-là se savent chez les patients.

Au fait, tu aimes les bigorneaux ? L'art de manger des bigorneaux consiste à faire tournicoter son épingle pour faire sortir l'intégralité de la chair de sa coquille. Chez les aliénistes, le mangeur de bigorneau est une idole. Comme lui, par ses questions habiles, l'aliéniste doit réussir à tirer de son patient l'ensemble de son délire, sans rien laisser dedans…

Eh bien figure-toi qu'un jour, peu de temps avant mon départ, ma patiente m'a parlé. Oh, non, elle ne m'a pas parlé spontanément, elle ne s'est pas confessée ! Mais elle a répondu à mes questions avec assez de détails pour compléter son histoire et la rendre cohérente.

"Nous n'avions pas beaucoup d'argent... Je faisais quelques ménages... Mon mari était encore commis de cuisine... A vingt ans, j'avais déjà deux enfants à m'occuper qu'il fallait bien nourrir... C'était une vie difficile, trimer toute la journée, s'occuper des mômes. Mais bon, je m'en sortais... Et puis je suis encore tombée enceinte. Mon mari ne faisait jamais attention, il rentrait le soir quand il avait bu un coup de trop, et hop, tagada !… Je lui disais pourtant... Il s'en fichait !

J'ai accouché. La vie est devenue encore plus difficile. Mais il continuait... Et j'ai eu mon quatrième enfant - que des garçons. J'avais vingt-cinq ans et déjà quatre gosses... J'ai fait comme j'ai pu, l'argent était rare... Mon mari y allait toujours... C'est alors que je suis tombée enceinte une cinquième fois. L'enfant est née. C'était une fille.

Ma vie était devenue insupportable. Alors j'ai pensé dans ma tête, je me suis dit qu'elle allait subir le même calvaire que moi, cette gamine.. Oui, j'ai beaucoup pensé, ça s'est pas fait comme ça... et finalement, je me suis dit que c'était trop dur, ce qu'elle allait supporter... Tout plutôt que ça... Alors le lendemain d'un soir où je m'étais encore fait monter dessus, je l'ai mise dans la machine à laver et j'ai tourné le bouton. Je me suis dis que je la sauvais... que je lui épargnais la misère de ma vie..."

J'ai laissé une note détaillée au dossier, discutant la possibilité d'une reconstruction a posteriori de son histoire. J'en ai parlé au chef de service. C'était l'air du temps, la mode de la désaliénation - j'avais été là au bon moment, j'avais eu de la chance. J'ai appris par la suite que le régime de cette femme avait été élargi et qu'elle avait eu des permissions qui s'étaient bien passées. Et même, qu'elle avait revu ses enfants.



lundi 20 novembre 2017

Enfin la vérité sur l'intelligence des blondes



Être une heure, une heure seulement
Être une heure, une heure quelquefois
Être une heure, rien qu'une heure durant
Beau, beau, beau et con à la fois

Beau et con à la fois ? Jacques Brel était chanteur, et dans ce genre de boulot, on ne mesure pas les problèmes que pose l'association de variables.

Tu prétends que les étudiantes en histoire de l'art seraient plutôt plus canon que celles qui sont en math-sup. Applicable aussi aux étudiants, avec des variantes dues à la culture et au sexisme.

Décidons qu'il existe une variable canon appelée c. Et une variable m qui correspond à bon en maths.

Je remarque déjà que celles qui sont en math-sup ont moins le temps de se maquiller et de passer du temps dans les magasins de mode (encore une fois, il y a l'équivalent masculin). Et je passe sous silence le bashing dont sont victimes les filles en ce qui concerne les maths dès leur plus jeune âge.

Enfin non, je ne le passe pas sous silence. Une expérience qui m'a semblé assez sérieuse a été faite avec deux groupes de lycéennes. Dans le premier groupe, on leur faisait faire un exercice de calcul en leur disant que cet exercice avait été utilisé dans des tests de passage vers un cursus de maths. Dans le second, elles faisaient le même exercice, mais on leur avait dit que c'était conçu pour tester les capacités artistiques. Résultat : le groupe auquel on a dit que c'était orienté maths a nettement moins bien réussi le test (désolé, je ne retrouve plus la référence de cette étude).

Bref, les maths, pour une fille, ce n'est pas sexy. Mais c'est plus compliqué que ça. Les filles ne font pas de maths parce qu'elles ont intériorisé l'idée qu'elles n'étaient pas bonnes, parce que ce n'est pas sexy, ou bien parce que c'est une revanche de celles qui sont moins sexy ? Ou tout simplement parce qu'au delà du bashing, elles sont réellement moins nombreuses à aimer ça, voire, elles sont réellement moins bonnes en math (on ne peut pas l'exclure a priori, sans le démontrer, juste par idéologie, même si je n'y crois pas une seconde).


Il y aurait peut être un autre argument en faveur de ton observation sur l'école d'histoire de l'art : un enfant sollicité et encouragé en permanence pour sa beauté sera-t-il plus enclin à faire son chemin dans la vie en utilisant cet atout ? Sans doute. Il préfèrera donc suivre un cursus scolaire et universitaire plus simple. J'espère ne choquer personne si je dis qu'il est plus facile de faire histoire de l'art que math-sup.

Les deux variables canon et attiré(e) par une cursus de maths seraient donc inversement liées (attention, j'ai dit :"attiré par un cursus de math", je n'ai dit : "bon en maths", et j'ai encore moins dit : "plus intelligent"). Ceux qui ont plus de l'un auraient tendance à avoir moins de l'autre.


Montre-moi que tu n'es pas un robot : marque d'une croix la cloche en courbes, d'un cercle la courbe en cloche.

Mais il est temps de parler d'un autre facteur : la loi normale qui régit les processus biologiques - qu'illustre la célèbre courbe en cloche. Elle dit qu'il est plus probable d'être à l'intérieur de l'écart-type qu'au-delà. Ce qui veut dire qu'on n'a plus de chances (?) d'avoir un aspect physique "banal" que canon.

De même, on n'a plus de chances (?) d'avoir une intelligence moyenne qu'une intelligence brillante.

A priori, les variables sont indépendantes et en aucun cas on ne peut dire que la probabilité d'être canon est égale à : 1 - la probabilité d'être intelligent, contrairement à la croyance populaire plus on est beau, plus on est bête.

Admettons pour la démonstration que les hommes préfèrent les blondes (et les trouvent plus canon), ce qui reste à démontrer. Du fait de l'indépendance des variables c (canon) et i (intelligent), on ne peut en aucun cas dire que les blondes seraient plus connes. D'ailleurs, il n'y a pas de proximité connue entre les locus ADN de la blonditude et les locus ADN de l'intelligentitude, selon Ségolène Royale et les généticiens.

Une étude US citée par Cosmo dit même le contraire : en moyenne, les blondes ont un QI de 103,2, contre 102,7 pour les brunes, 101,2 pour les rousses, et 100,5 pour les femmes aux cheveux noirs. Échantillon soi-disant représentatif de la population américaine... Dommage : le QI moyen aux USA est de 97. Ce qui laisserait entendre que les femmes américaines sont nettement plus intelligentes que les hommes. Possible ! Mais à ce point, pas vraisemblable. L'enquête a été menée dans des centres militaires. On pourrait alors aussi conclure que les recrues de l'armée américaine sont bien plus futées que la population générale. Wow ! Ou à la limite, que cette étude (et ce journal) sont complètement stupides (d'autant qu'elle ne dit pas si l'armée ne recrute que des canons).

En théorie, la probabilité d'être canon et intelligent serait le produit des probabilités p(c) x p(i). Donc bien plus faible que p(c) ou p(i) seuls. Exemple : soit 10% la probabilité d'être carrément canon et 10% la probabilité d'être carrément intelligent. La probabilité d'être carrément canon et intelligent est donc 1%. Donc moins les études seraient exigeantes en capacités intellectuelles, plus la probabilité d'y trouver de beaux étudiants serait grande ? Je te laisse trouver la réponse... qui n'est pas si simple.

Mais ce qui est sûr, c'est que les effectifs des étudiants qui ne sont pas dans des cursus élitistes sont plus importants : donc le nombre brut de beaux étudiants y est plus élevé.

Quant aux variables canon et attiré par un cursus de maths, nous avons dit plus haut que les deux variables étaient peut-être inversement liées. Ce qui donnerait alors une probabilité encore inférieure au 1% de notre exemple. Et conforterait l'image du geek boutonneux, du crâne d’œuf à l'air maladif et du bas-bleu.

Passons maintenant aux exercices et applications pratiques. Tu m'as dit hier que tu avais l'esprit de finesse, pas l'esprit de géométrie. En admettant que ces concepts soient opérants, peut-on dire comme tu le sous-entends, que p(f) = 1 - p(g) ? Que la finesse et la géométrie sont inversement liées ?

Solution : je ne vois pas du tout ce qui pourrait te permettre de l'affirmer. On peut avoir l'esprit de finesse ET l'esprit de géométrie. Et surtout, on peut avoir la vérole et un bureau de tabac.

Blonde, canon, pas la vérole mais un bureau de tabac : comprenne qui pourra et passe-moi l'aspirine.

ps : t'as vu, tout au long de ce post, j'ai joué de l'ambiguïté entre intelligence et capacités en maths, sans jamais me planter ! Enfin je crois... mais ça fout bien le bordel, quand même. Surtout qu'il y a beaucoup de gens que ça rend mal à l'aise - j'aurais peut-être dû m'abstenir.

ps 2 : je rejette d'emblée toute discussion sans possibilité de conclusion sur le fait qu'il y ait plusieurs formes d'intelligence, blablabla. A quoi bon, puisqu'on n'arrivera à rien. J'ai pris le parti de rester dans les considérations habituelles, scolaires, IQ, etc. qui ont d'importantes limitations mais permettent de donner des directions. Ça se voit pas, mais il y a des fois où je suis assez blond, comme mec.


dimanche 19 novembre 2017

The Americans : on a remarqué que c'était toujours le dernier wagon qui provoquait les accidents...


Elizabeth and Phillip, tout l'opposé de ce que laisse imaginer cette photo lissée.

C'est une très belle série : un couple de russes sous couverture fait de l'espionnage à Washington DC pour le compte de la mère-patrie.

Une série qui parle de Russie et d'exil - et en parle très bien. Pour l'espionnage, je ne peux pas dire, je ne suis pas espion - et si j'en connais, ils ne m'ont pas informé. Je suppose qu'il y a des trucs réels, et d'autres qui font rigoler les pros de la CIA et du FSB. Mais les mises en scène de la vie privée des gens avec des comportements tordus bidonnés pour avoir barre sur eux, c'est un classique des services secrets russes - ça, je le tiens de bonne source.

L'histoire se déroule dans les années 80, avant la démolition du mur, quelques années avant Gorbatchev. Époque du programme "Guerre des étoiles", qui épuise les soviets dans leur poursuite technologique et hâtera l'avènement de la perestroïka. Derniers feux du léninisme, avec ceux qu'on caricature en occident comme les gérontocrates, Brejnev, Andropov et Tchernenko. Tandis que dans la population russe comme au plus haut niveau de la nomenklatura, le doute chemine.

En Amérique, ce sont les années Reagan, la droite triomphante : les beatniks, les hippies, tout ça c'est du passé. Extraordinaire, le défilé de voitures d'époque, les derniers immenses blocs de ferraille larges et plats, superbes produits de l'industrie de Detroit, avant que la crise du pétrole ne la frappe à mort. Étonnant comme la série réussit à montrer des rues entières, des boulevards remplis de ces voitures, garées ou circulantes.

Il faut se mettre à la place du spectateur américain. Perplexité : le monde n'est plus coupé en deux avec les méchants d'un côté et les bons de l'autre. Les espions russes sont sympas, humains - l'un d'entre eux surtout. Pas facile de s'identifier, de savoir ce qu'on espère - que l'espion échappe au piège, ou que ces salauds de commies de fassent pincer. Tom ou Jerry ? Parce que le gros costaud qui joue chez lui, c'est le contre-espionnage américain, tandis que les russes, ce sont les petites souris grises qui se planquent dans des trous.

La langue russe tient une place non négligeable : tous les dialogues à la Residentura ou en Union Soviétique sont en russe. Ils ont très certainement été écrits directement en russe, et je trouve qu'ils montrent bien la mentalité slave au quotidien. Les acteurs russophones sont russes d'origine. Réalisme... Pour ceux qui ne parlent pas russe, il y a évidemment des sous-titres.

Non, la fille, ce n'est pas Elizabeth déguisée - faut pas exagérer... C'est juste une victime.

Nombreux sont les personnages qui ont une vraie épaisseur : on croit les (re)connaître. Certains sont pathétiques, comme la "petite" secrétaire, Martha, facilement manipulée parce qu'elle a un physique ingrat et qu'elle est seule dans la vie. Ou la belle Nina, hésitante, faible, qui ne sait pas où elle en est de ses amours. Étrange amitié qui se noue entre deux voisins, l'un de la CIA et l'autre du KGB, amitié asymétrique car l'un sait, l'autre non. Relations qui s'établissent entre des espions qui ne sont pas du même bord - avec des rencontres dans une voiture, sur un quai désert - forcément. Pour une fois, les espions ne sont pas présentés comme des personnages glacés, des machines à tuer ou des robots endoctrinés.

Autre rupture avec l'image cinématographique de l'espionnage : peu d'action, pas de coups fumants qui s'enchaînent. Donc plus de réalisme : d'après ce qu'on apprend (des années plus tard), la vie des vrais espions est calme, très loin des cascades de Bond ou d'OSS. Ici, c'est plus l'angoisse au quotidien d'être découvert, et c'est vraiment prenant !

L'histoire se déroule dans plusieurs endroits. D'abord le domicile d'américains moyens, avec les céréales et le Superbowl - ça tu connais par cœur. Tu connais moins les bureaux de la CIA, et encore moins ceux de la Residentura russe de Washington. Il y a aussi des morceaux de Russie tellement réalistes qu'on se demande où ils ont été tournés : l'hôpital psychiatrique, la prison politique, les kommunalki, ces grands appartements bourgeois des centres-villes où s'entassent plusieurs familles dans une pénible promiscuité.

Les deux personnages centraux sont magnifiques. Ils passent leur temps à se déguiser - au début, je me suis fait prendre ! Ce qui est rare, c'est qu'on les voit sous tous les angles. Pas maquillés au saut du lit. Dans l'uniforme de l'américain moyen qui va au boulot. Les traits tirés par la fatigue ou l'angoisse. Ou encore sapés et maquillés pour plaire - car leur boulot, c'est inspirer confiance et séduire. Je ne sais pas si tu as fait attention, mais dans les autres séries, tu n'as pas cette variété, les personnages sont toujours présentés avec le même look.

... mais là, si, c'est elle, c'est Elizabeth.
Petit problème : Elizabeth a un air dur qui colle avec son rôle mais elle a un visage bien trop américain. Comme slave, elle n'est pas crédible - alors que son conjoint pourrait passer pour russe sans trop de mal.

La série n'est ni un montage historique dont l'intérêt serait la méticulosité de la reconstitution, ni une collection de gueules d'espions russes et de grands flics du FBI. C'est une peinture de l'expatriation, avec l'isolement, les coups de blues, les doutes, et aussi les filatures, les fiches, les protocoles entrecoupés de brefs moments d'action.

Je ne me suis jamais ennuyé. Même, mon intérêt est allé croissant. A la fin de la quatrième saison, j'étais triste de penser qu'il n'y en avait plus qu'une et que tout ça allait se finir.

Je me trompais doublement. D'abord, la fin de la cinquième saison n'est pas à la fin de la série. Surtout, ça s'est complètement cassé la gueule. J'avais bien remarqué cette dimension scrupules, et aussi : difficulté d'être espion tout en maintenant une vie de famille. C'était assez équilibré. Et tout d'un coup, patatras, tout s'écroule, on entre dans le psychologisant, ça sonne faux. Intrigues en berne, suspens au tapis. Des personnages importants (et attachants) sont partis. Que reste-t-il ? Pas grand chose.

Bref, je ne regarderai pas la sixième saison. Et toi, tu peux te borner aux quatre premières, elles sont vraiment sympa. Heureusement que tu m'as pour éviter les merdes !


vendredi 17 novembre 2017

Collision d'un torpilleur avec un poisson-torpille. Un mort (par électrocution).




Touche pas à ma raie !

Je m'emmêle assez régulièrement avec une copine à propos de pétitions, parce que moi, les pétitions et la démocratie directe, j'aime moyen.

Alors pourquoi je signe régulièrement des pétitions BLOOM sur ce lien, pour la sauvegarde des poissons ? Pourquoi ?

Parce que contrairement à beaucoup de pétitions foireuses, il n'y a pas de doute possible sur le problème : il y a moins de poissons dans la mer : je sais, je viens d'aller sous l'eau pour les compter. Et ceux qui les piquent, ils niquent tout sur leur passage.

Perso, j'aime pas trop les journalistes et j'aime pas particulièrement cette Claire Nouvian qui pilote la pétition. Perso, je ne serais pas étonné qu'elle en profite pour se fasse mousser - mais j'en sais rien.

Perso, je ne sais pas exactement ce qu'ils foutent du pognon que je donne.

Perso, je ne suis pas fan de cette campagne racoleuse avec le poisson qui passe à la chaise électrique pour susciter des évocations qui n'ont rien à voir. Mais peut-être il faut un électrochoc pour faire passer le message ?

Perso, je comprends que ça gonfle les pêcheurs, cette campagne anti-pêche. Je comprends que ça va être la merde pour des gens qui n'ont pas beaucoup de pognon.

Perso, je comprends que ça va faire augmenter le prix du poisson et que ça va en faire une denrée de luxe. Tant pis, les riches mangeront du poisson toute la semaine et de la viande le vendredi. Et ils seront malades : dans toutes les mers, y compris en Antarctique, les poissons sont pollués (parce qu'ils circulent beaucoup et que la pollution marine circule aussi beaucoup à cause des grandes dérives genre Gulf Stream).
 
Perso, je suis certain que c'est plus compliqué que ce qu'ils racontent sur le site. Cela dit, je n'ai jamais trouvé aucune défense POUR la pêche intensive, juste du lobbying : c'est quand même suspect.

Perso, je ne comprends pas pourquoi l'Europe se laisse faire, il y a certainement des billes que j'ai pas. Je suppute que les ministres de la mer et de la pêche ont bien la trouille de faire sortir de leurs trous des crabes pas très aimables.

Mais là, je vois le fait brut, il y a moins de poissons en dessous, quelqu'un les a piqué, et c'est pas moi, alors c'est forcément ceux qui pêchent industriellement, et moi j'ai envie qu'il y ait du poisson en dessous car vider la mer de ses poissons comestibles, c'est complètement con, c'est une voie sans issue.

Attends, j'ai pas envie que mes enfants voient des déserts minables quand ils regardent sous l'eau - comme en Grèce où ces cons pêchent encore à la dynamite dans les îles.

Je m'en fous qu'on tue les baleines ou les dauphins (enfin pas tous, c'est plus compliqué que ça). Mais le ratiboisage de tout ce qui bouge et se bouffe dans la mer, non.

Signe, bordel !


jeudi 16 novembre 2017

Justine et les culs nus


Le chat Justine est un descendant en droite ligne de Tycho Brahé. Il a fait ses études à l'université de Göteborg.         Là, il réfléchit sur la loi de Poisson.

La culpabilité par les maths en dix leçons, tu connais ? Beaucoup de gens se sentent mal à l'aise avec les maths. Je dis pas "mal à l'aise quand ils font des maths", je dis qu'ils ont un rapport particulier avec cette science. Qu'ils se sentent coupable. L'air malheureux : "moi, j'ai jamais rien compris..." Ou alors, faussement dégagé, limite agressif : moi, de toute manière, ça m'a jamais intéressé. Ou encore, légèrement méprisant : trop froid - moi, j'aime les choses qui ont une âme... Et pour conclure : tu sais, je suis plutôt du genre intuitif, j'ai l'esprit de finesse !

On est bien d'accord, tout ça, c'est bidon : encore un vieux coup du renard et des raisins. Peut-être le résultat d'une méthode scolaire qui n'a pas permis de s'approprier le mécanisme intime des maths. On en parle beaucoup depuis quelques temps avec la méthode de Singapour.

La question que je me pose en ce moment : quelle est la part de l'habitude dans la compréhension des maths ?

Si je te dis 5 x 6 tu réponds 30 sans réfléchir.

Quand tu étais petit, tu as joué avec des bâtonnets, tu les a mis en carré et tu as commencé à manipuler des opérations, addition, soustraction et multiplication.

Je suis bien certain qu'on ne t'a pas fait faire toutes les opérations de la table de multiplication avec des bâtonnets. Mais on t'en a fait faire quelques unes, et on t'a expliqué que la table de multiplication, c'était le même principe. Alors tu as accepté l'idée, et tu as appris par cœur ce putain de 7 x 8 qui tombe presque au milieu de la centaine alors qu'il est porté par les gros bras de deux gros chiffres : moi je lui aurais donné 72, en toute confiance.

Dis-moi, les tables, tu les comprends ou tu les as apprises ? Tu les comprends ? Ok. Ensuite, tu as appris les solutions d'une équation. Même si tu étais en littéraire, le discriminant 𝛥 = b2 - 4ac, ça doit bien te dire quelque chose, non ? Et là, tu comprenais quoi ? Pour trouver la solution d'un polynôme du second degré, on te disait de calculer le discriminant. Mais quel raisonnement sous-tendait l'utilisation de cette formule cabalistique ?

Il y avait bien eu une démonstration en cours, une astucieuse factorisation… mais il n'était même pas obligatoire de l'avoir comprise et encore moins retenue pour résoudre les équations une fois qu'on avait le gri-gri - la formule du discriminant.

Est-ce qu'on dit qu'on comprend les maths parce qu'on est familier avec le langage, avec les signes, avec les lettres grecques, le gros sigma et ses esclaves qui lui grattent la tête et les pieds ? On comprend parce qu'on a les formules... magiques ? Parce qu'on a appris la solution d'un problème pour l'avoir déjà fait dix fois ? Il y a des gens qui te disent qu'il faut répéter, répéter… et ils n'ont pas forcément tort. On finit par repérer des structures, des petites musiques, dont on peut décoder les variantes.

Bouh !!! T'as eu peur, j'ai vu !... Il est pas beau mon sigma à lunettes qui se fait cirer les pompes par un 1 ?


A côté de ça, il y a toujours le problème des culs nus, les calculs numériques parfois compliqués qui nécessitent une attention que tout le monde n'a pas (là encore, on peut entraîner son attention et faire des progrès). Mais ces calculs, ce n'est pas tellement de la compréhension - les machines font ça très bien. Laisse tomber les calculs très compliqués et l'attention qui va avec. Qu'est-ce qu'il reste ?

Encore beaucoup. Ce qui est certain, c'est qu'on ne te demande pas de réinventer les maths. On te demande juste de comprendre ceux que d'autres ont inventé (c'est l'objet de mon post sur Gauss et Flaubert).

Je crois que c'est pareil en physique. Ce qui semblait totalement farfelu aux contemporains des découvreurs paraît maintenant très acceptable. Que le temps s'allonge ou se réduise, que mon temps ne soit pas le même que le tien, et que parfois (si tu cours très vite ou si tu vis au sommet des Alpes, là où le temps s'écoule plus lentement parce que la gravité est moindre), tu puisses me "dépasser", c'est-à-dire en fait, vieillir moins vite que moi : oui, cela ne me heurte plus, je trouve ça normal, je l'ai appris il y a longtemps, quand j'avais dix-huit ans. Mais à l'époque, quel choc !

Bien sûr, il faut du temps pour que ces concepts passent dans 60% de la population. Mais on y viendra. Ces connaissances paraîtront naturelles, intuitives - c'est le contraire qui semblera bizarre. Quoi ! Le soleil tourne autour de la terre et la somme des angles d'un triangle est pile 180° ! T'as mis quoi dans ton bang ?

Il y a des fois, je pige pas. Mais si on entre dans le détail des opérations, pas à pas, ou si je révise des notions qui sont en jeu et que je connaissais imparfaitement, tout s'éclaire. Il faut dire aussi que les français (contrairement aux américains par exemple) prennent plaisir à des formalisations condensées, obscures, qui peuvent dérouter alors que les américains mettent tout leur honneur dans la compréhension de l'élève.

Alors quelle est la part de la familiarisation dans l'apprentissage des maths ? Je n'arrête pas de me poser la question. Je suis capable de résoudre un problème, mais je me demande parfois si je suis parfaitement clair - par exemple avec la notion de fonction inverse - avec son intimité. Non pas son mécanisme, non pas ses résultats, non - son intimité. J'ai envie de dire : tu as une voiture, tu sais parfaitement t'en servir, mais tu n'as pas une idée vraiment précise du fonctionnement d'un moteur à quatre temps.

Je te donne un exemple : la fonction division est la fonction inverse de la fonction multiplication. Là, c'est simple. La fonction logarithme est la fonction inverse de la fonction exponentielle. J'en vois qui lâchent. Il y a des fonctions inverses qui sont plus mystérieuses encore. On connaît bien le principe, on entre a et b sort - avec la fonction inverse, c'est le contraire, on entre b... Mais ce qu'il y a dans la boîte entre les deux... pas si simple.

En classe, on nous faisait faire des devoirs qui comportaient cinq questions. Les deux premières étaient des questions de cours, les deux suivantes nécessitaient un poil de connaissance et d'ingéniosité - et il fallait calculer. Et puis il y avait la dernière, celle que seuls les meilleurs arrivaient à résoudre, qui impliquait un zeste de créativité mathématique.  Celle qui faisait la différence avec le gros du troupeau. Mais les quatre première, pas besoin de comprendre grand-chose. Juste besoin d'être familier.

Alors, jusqu'où peut-on aller en se "familiarisant" ? Très loin peut-être ? Je me demande.

Et ça pose la question : c'est quoi, les maths, en fait ? T'as déjà la réponse ? Allez, sois sympa : tu me files ta copie ?

Mauvais souvenir.


mardi 14 novembre 2017

Un jour rêvé pour une radio-banane

Pourquoi il n'y a pas de radio pour ceux qui s'intéressent à la science ? Ils sont si peu nombreux ?


Les programmes de France-Culture ne sont pas nuls mais la part faite aux matières enseignées en faculté de lettre est vraiment hégémonique - il n'y a que des littéraires qui écoutent la radio ?

Heureusement, aujourd'hui, j'appuie sur la touche - réglée sur cette nouvelle station dont tout le monde parle…

Une belle journée qui commence par la position de la lune, de certaines exo-planètes, la trajectoire de la terre : de quoi planer et se réveiller en douceur. Puis une vraie météo - pas juste "l'après-midi, sortez vos parapluies". Au petit déjeuner, le journal de l'actualité des sciences : ça me donne une faim d'ogre.

Le matin, un peu de tout : l'intelligence des poulpes, la mycologie chez les grecs, la recherche en physique après les cordes, la question de la poule et de l’œuf. Il y même un feuilleton quantique, Les incertitudes d'un électron. Poignant comme du Marivaux, j'ai pleuré.

L'après-midi, des interviews de chercheurs en génétique, en maths et en astrophysique - c'est bien, ils font attention à répéter : si l'émission exige trop d'attention, je me plante en bagnole.

La revue de presse ? Wow, le survol des articles du dernier Science ! Demain : Nature, le New England Journal of Medecine, The European Physical journal... Tout n'est pas intéressant, mais il y a des trucs qui font envie...

Reportage : une visite comparative du MIT et de l’École Centrale de Lyon, programmes, orientations... maman, je veux retourner à l'école ! C'est l'heure de la chronique sur les formations sur internet. Et juste après, une émission inratable : les tendances dans les nouveaux langages informatiques - la mode, toujours la mode...



 Avant le dîner, une brève d'épistémologie.
- C'est tout ce qu'il y a, comme philo ? Pourtant, on dit que ça forme l'esprit. Seuls les régimes fascistes bannissent la philo et l'histoire.
- Merci de ne pas confondre la philosophie avec l'histoire de la philosophie... Certains considèrent la philo comme un savoir. Pourtant, elle n'a pas cumulé plus de connaissances que l'astrologie, elle repart quasiment de zéro à chaque fois.
- La littérature n'a pas "cumulé" elle non plus.
- Oui mais au moins, elle ne se prétend pas un savoir - juste une distraction.
- La philo, c'est comme les maths, un jeu intellectuel abstrait.
- T'as déjà fabriqué un frigo avec un bouquin de Hegel...?
- Alors exit la philosophie ?
- Non : la philosophie, c'est la contestation. Mettre en doute ce que dit l'autre, quitter l'académie.

Après l'échec avéré de la philosophie à expliquer le monde (c'est pas moi qui le dit, c'est le gros barbu), la science propose une alternative : des solutions transitoires, mais fondées sur un savoir qui s'accumule depuis cinq siècles.

 La philosophie a sa place comme contestation, dans les sciences comme ailleurs, et sur cette radio rêvée, la contestation est partout. Mais elle n'est pas le contrepied systématique dont on a abusé en mai 68 : la contestation, c'est constructif et bien plus subtil. Un exemple : la chronique de Géraldine Woesner le matin sur Europe - elle s'appelle le vrai faux de l'info.

- Si tu le dis... Et les nouvelles du monde ?

 - Elles ont aussi leur place, mais sous forme de dossiers. En politique étrangère, France-Culture pourrait être un modèle, certaines émissions sont assez bien documentées. Le problème, c'est le parti-pris des journalistes. L'autre jour, tu aurais hurlé de rire en écoutant l'interview d'un obscur psychanalyste américain tout étonné de se voir honoré par cet aréopage d'intellos français : dans son Kansas natal, on lui jette des épluchures.

Si France-Cul veut parler des États-Unis, la station ne sort que des sujets sur le social et le racisme. Il y a la révolution en Ukraine, elle n'interroge que les sécessionnistes - je sais, j'en revenais, et j'écoutais les émissions tous les jours. Il a fallu un mois avant qu'ils ne se décident à interviewer un partisan du rattachement à la Russie - et forcément, ils ont choisi un type douteux et pas très malin.

Alors oui, les nouvelles du monde, mais avec un historique, une mise en perspective équilibrée. Et un suivi - tu as remarqué à quel point ce qui fait bouillir les journalistes un jour ne présente plus aucun intérêt pour eux un mois plus tard.

Après les nouvelles, relax : de l'histoire, de la géographie, de la sociologie quantitative. Ah oui, je t'ai pas dit : le rédacteur en chef de la station est un statisticien, il vérifie la qualité des sources et leur validité (et ne se prive pas d'un petit commentaire s'il le faut).

Une petite émission sur l'orientation actuelle du Droit : toujours intéressant de comprendre comment le Droit évolue parallèlement à notre société et la reflète. Au programme ce soir : pourquoi la législation sur l'euthanasie peine à suivre l'opinion publique.

Et au fur et à mesure qu'on avance dans la nuit, on aborde des sujets brûlants : la sexualité des huîtres, celle de certains protistes - mais bon, censure quand même sur l'innommable onanisme du bigorneau bas-breton.

La navrante pratique du triolisme chez les bigorneaux : un autre sujet qu'on évitera soigneusement.

Tout au long de la journée, plusieurs rendez-vous de littérature - une lecture par un bon comédien, puisée dans la littérature classique - il en existe des milliers d'heures d'enregistrement. Lecture introduite et commentée sans pédanterie - j'allais dire "et sans psychanalyse", mais c'est un truisme.

Malheureusement, je rêve. Oui, je déconne à mort, je suis totalement à l'ouest... ça n'intéresse personne. Ah, d'où je le sors, le titre ? La radio-banane ? Tu connais pas Salinger, le type de "the catcher in the rye" ?)