dimanche 10 janvier 2016

La tuerie du Bataclan

J'étais de passage en France quand se sont déroulés les évènements du 13-11-15.

On a voulu y voir la volonté délibérée de punir ceux qui se distraient et prennent plaisir à la vie. Je ne suis pas totalement convaincu. Les pays musulmans ont leurs terrasses de café et leurs distractions de groupe. C'est vrai que l'imam Bonjol était contre les combats de coqs... Mais bon. Il y a aussi le cinéma et le karaoke - je pense à l'Indonésie.

Un copain libyen a qui je faisais part de mon émotion à la suite des évènements du 13-11-15 m'a répondu : "Quoi, vous lancez des bombes à gauche à droite sur des territoires musulmans depuis plusieurs années, vous faites la guerre, et vous êtes surpris ?"
Il m'a dit qu'il fallait comparer aux centaines de milliers de morts dans les populations civiles des pays où nous étions allés larguer nos bombes. Comparer au nombre des victimes de la guerre civile qui se déroulait actuellement dans son propre pays depuis que nous les avions "délivrés" et que nous leur avions montré la voie à suivre.

Oui, je sais, encore une fois, il n'y avait pas cette intention de tuer des innocents, les morts des pays arabes sont censées être des pertes collatérales. Mais pour un père, un fils mort reste ce qu'il est, collatéral ou pas, arabe ou français.

En tout cas, personne n'a rapproché les 130 victimes (dont l'un de mes fils aurait pu faire partie s'il n'avait eu l'heureuse idée de faire un tour en province ce week-end), des 3384 victimes de la route en 2014. Oui, je sais bien, elles n'ont été victimes que d'elles-mêmes. Enfin pas toutes, car bon nombre - passagers et chauffeurs respectueux des règles - est mort sans une once de responsabilité dans ce qui est arrivé.

Victimes tout aussi innocentes, les 148 000 victimes françaises d'un cancer (2012). Je sais, il y a beaucoup de vieux là-dedans, ça compte pour du beurre. Ouais ? Des vieux ? Non, pas seulement… Et 148 000 à côté de 130, tu te rends compte ? Pourquoi ça ne te touche pas ?

Tu vas me demander pourquoi je compare ce qui n'est pas complètement comparable. Justement. Ce qui me console dans ma tristesse, c'est que l'émotion qui a suivi la disparition de ces 130 innocents témoigne d'une sensibilité de plus en plus grande dans notre culture occidentale.

Il faut admettre qu'une grande partie de l'émotion tenait au fait que beaucoup d'entre nous se sont projetés dans ce massacre : ça aurait pu m'arriver... ou à mon fils... Ainsi qu'à la mise en scène de la violence brute. Mais il n'y avait pas que de l'auto-apitoiement dans cette émotion, loin de là. Malgré l'apparente fragilité qu'elle semblerait démontrer, cette sensibilité est un signe très positif pour la France. Sensibilité qui témoigne de notre respect pour la vie d'autrui et du degré avancé de notre civilisation.