mercredi 23 novembre 2016

Tiens, prend le soleil dans la main - mais mets la manique, ça brûle un peu...


Je le fais tous les jours...

Je sais pas si tu ressens la même chose, mais quand je me passionne pour quelque chose, j'ai très vite l'impression que tout le monde s'y intéresse aussi. Il se trouve que mon plaisir à lire des livres sur l'état actuel (ou récent) de la physique ne faiblit pas - c'est la meilleure machine à rêver qui existe. Or j'ai l'impression qu'on rattrape le temps perdu depuis un siècle, que c'est devenu à la mode, et qu'on ne parle plus que de ça partout.

Je m'en suis ouvert à une amie. Elle m'a regardé avec une surprise affectueuse… et une certaine commisération.
- Non, c'est toi… m'a-t-elle dit. Toi seulement. Les gens ont autre chose à faire.

Du coup, je suis tout décontenancé !

Je viens de terminer " L'univers à portée de main", de Christophe Galfard. C'est un livre de vulgarisation scientifique très bien fait.

Le thème : l'état de la physique aujourd'hui. Ce qui veut dire :
- un gros chapitre sur la gravité einsteinienne (les deux "relativités"),
- un gros chapitre sur la théorie des quanta,
- surtout, une mise à jour des connaissances actuelles et des problèmes qui se posent pour unifier ces deux théories, et des progrès qui ont été faits pour y arriver,
- et un petit bout de théorie des cordes (qui n'est pas le passage le plus réussi à mon sens).

Ce livre a quatre particularités par rapport à la plupart des autres sur le même thème :

- il ne prend pas le parti de raconter l'histoire des idées et la manière dont on est parvenu aux différents concepts ; on arrive directement aux résultats, et à ce qu'ils veulent dire en termes de description de notre monde ;

- il englobe la physique quantique, la cosmologie et la physique de la gravité d'Einstein, souvent dissociés dans les autres ouvrages ;

- il ne s'arrête pas dans les années 1970 - 1980, comme le font les autres - peut-être par crainte d'entraîner le lecteur sur des chemins incertains ; Christophe Galfard dit d'ailleurs que ce qu'il raconte sera peut-être considéré comme des élucubrations drolatiques dans l'avenir, mais il a le courage de nous conduire jusqu'à l'état des connaissances en 2015 ;

- enfin, et ce n'est pas là le moindre de ses charmes, le livre est très vivant. C'est largement dû à sa forme, où Christophe Galfard s'adresse directement au lecteur, et lui fait faire un certain nombre d'expériences en le projetant dans l'immensément grand ou l'immensément petit, et en lui faisant en quelque sorte toucher du doigt ce qui se passe. D'où le titre, car il te met vraiment l'univers dans la main.

Aubergine quantique placée dans un champ gravitationnel. Reste digeste après cuisson.


Le lecteur est donc entraîné dans une succession de voyages étonnants et merveilleux. Pour autant que je puisse en juger, il n'y a pas d'erreurs dans ces descriptions. Le style est agréable, ce qui change des mauvaises traductions qu'on lit parfois. Il a sans doute été initialement écrit en anglais mais la version française a été revue ou écrite par l'auteur lui-même, ce qui se ressent.

Le seule reproche que je pourrais faire (et que j'ai déjà fait à d'autres), c'est que ce qui est de l'ordre de la pure théorie sans grand espoir d'une vérification par l'expérience (comme la théorie des cordes), ou tout simplement ce qui est non vérifié à ce jour n'est pas clairement distingué de ce qui a été dûment confirmé par l'observation et l'expérimentation, et semble - provisoirement - acquis.

On pourrait aussi dire que la difficulté à rendre compte des résultats contre-intuitifs validés par la physique d'aujourd'hui rend le récit approximatif, coq-à-l'âne et tiré par les cheveux. Ce serait injuste, car même si c'est parfois un peu vrai, le mérite du livre est justement d'avoir relevé ce défi énorme, et souvent réussi.

Malgré l'agrément du livre, sa dimension grand public et ses très nombreuses qualités, j'hésite à le recommander comme premier livre d'initiation à la physique contemporaine.

Si tu veux juste voyager, avoir une idée, te distraire et en prendre plein les yeux, sans penser poursuivre, lis le livre de Christophe Galfard. Mais si tu ne veux pas finir avec de la purée de pois dans la tête quand tu arriveras à la dernière page, mieux vaut être un peu armé pour l'aborder. Et aborder les deux piliers de la physique, relativité et quanta, à travers des livres d'initiation. En séparant toutes ces lectures d'un temps de digestion.

J'aurais donc tendance à prôner la lecture d'un livre sur l'histoire des idées sur les quantas, pourquoi pas celui de Kumar dont je fais ici la recension, et celle d'un livre sur les relativités (j'ai un petit cours à ta disposition - auteur anonyme, avec quelques formules, mais l'ensemble est simple et bien expliqué).

Ensuite, tu pourras mieux apprécier la verve de Galfard, et surtout le suivre au-delà des années 70. Je pense que son livre est clair. Mais c'est la physique elle-même qui ne l'est pas. Alors tout d'un coup, j'ai peur de te retrouver aussi raide que le chat de Schrödinger.

La fin pathétique du chat de Schrödinger - bien après l'expérience - est trop souvent laissée dans l'ombre. Document Giraudon