dimanche 11 décembre 2016

Alors, Eve tendit la pomme à Newton…


Vaisseaux spatiaux thaïs aspirant du carburant quantique

Je viens de terminer la relecture d'"Une brève histoire du temps", le livre de Stephen Hawking, classique des classiques, traduit dans je ne sais pas combien de langues, devenu un bestseller. Pas vraiment convaincu.

Pourquoi a-t-il eu autant de succès ? Il y a des mauvaises langues qui prétendent que le courage exceptionnel que montre Stephen Hawking alors qu'il est touché par une maladie neurologique particulièrement sinistre y est pour quelque chose. Si c'est vrai, ce n'est pas de sa faute, c'est celle de ses éditeurs qui exploitent le filon - atroce de le formuler ainsi.

Toujours est-il que ce livre n'est pas tout à fait ce que j'attendais.

Le but affiché est de rendre accessible [sous une forme non mathématique] les idées fondamentales sur l'origine et le destin de l'Univers. Réfléchir sur les différentes hypothèses physiques relatives au surgissement du monde au moment du Big Bang. Ou plus exactement, au moment où la gravité était telle qu'aucune émission de particule ou de lumière n'était possible, ce qui interdit tout espoir de retrouver un rayonnement originel. En faisant un détour par les trous noirs qui présentent des analogies avec cette situation.

Comme dans son livre plus récent, The Grand Design (dont je parle ici), Hawking envoie une flèche aux philosophes - incapables de philosopher sur la matière par ignorance de la physique. Et de citer Wittgenstein : "What a comedown from the great tradition of philosophy…" - comedown que tu traduiras par dégringolade.

Et comme dans The Grand Design, la question de Dieu revient régulièrement. Personnellement, je trouve ça plutôt intéressant, mais cette option rédactionnelle un peu hors sujet inscrit le livre dans un genre qui n'est pas que vulgarisation - mais limite philosophie ou théologie.

Certes, j'ai lu avec plaisir tous ces passages où Hawking répond à des questions qu'on pose quand on a quinze ans, et moins après, quand on est devenu "un adulte responsable". Mais il y a parfois des moment où le livre ressemblerait à un cours de physique qu'on aurait expurgé de son formalisme mathématique. Je pense par exemple au passage sur l'intégrale de chemins de Feynmann. Ce n'est pas du tout suffisant pour expliquer comment les choses se passent. Hawking demande pourtant à être jugé sur sa capacité à rendre les choses intelligibles : réserves...

On apprend au début du livre que Newton est l'auteur de la relativité de l'espace - formulation tirée par les cheveux (la traduction est aussi fautive), dont l'explication viendra - par hasard - dix pages plus tard. D'autres notions sont exposées, mais la mise en selle initiale du lecteur fait cruellement défaut. Par exemple quand il s'agit d'expliquer la différence de vitesse d'écoulement du temps quand un objet est soumis à la gravitation. C'est la relativité généralisée : à hauteur de tes yeux, le temps s'écoule plus vite qu'à hauteur de tes pieds. Mais l'explication de Hawking est médiocre. Et pour bien embrumer les esprits il passe sans transition de la relativité restreinte à la relativité généralisée dans son illustration - le classique vieillissement des jumeaux.

On pourrait multiplier les exemples. Quand il parle de la grande découverte d'Hubble - notre univers est en expansion - il ne dit rien des céphéides qui lui ont permis de mesurer les distances nous séparant des étoiles. Il se borne à écrire une formule compliquée, énigmatique (certaines étoiles…). Il aurait mieux fait de ne rien dire du tout, plutôt que de s'arrêter en chemin. Où d'expliquer - pas très compliqué à comprendre, les céphéides.

Je passerai sur sa description des différents types de spin et des couleurs des quarks. Elle n'apporte rien, il aurait pu s'en dispenser. Mais j'ai vraiment aimé la manière réaliste dont il présente le rôle des particules "intermédiaires", les mésons, qui sont les agents des quatre forces de l'univers.

Quant au chapitre sur les modèles inflationnaires… ce ne sont que des modèles à  l'époque de la rédaction du livre. Il s'agit de savoir ce qui s'est passé derrière le mur de Planck, c'est-à-dire à un moment de l'expansion de l'univers où la gravité d'Einstein ne fonctionne plus - ou pas encore. Chapitre filandreux et indigeste : des concepts que les physiciens ont mis des mois sinon des années à apprivoiser sont balancés à brûle-pourpoint sur le lecteur. Tu es transformé en boule de flipper, envoyé contre des bumpers, expédié dans une autre direction, tu claques contre la vitre, tu rebondis de tous les côtés avant de finir… dans un trou noir, évidemment !

Pas convaincu non plus par le chapitre sur les flèches du temps. Hawking s'interroge sur le sens du temps : liaison entre entropie - qui suppose un sens du temps - et direction de l'expansion de l'univers. Chapitre qui me semble plus de l'ordre de la spéculation - je n'ai pas dit de l'élucubration - que de la physique.

Bref, Hawking n'est pas un excellent vulgarisateur. Il est sans doute bon dans son domaine, et ce qu'il dit est intéressant - mais le serait encore plus si on n'était trop souvent obligé de glaner ailleurs des informations et des explications. Être brillant dans une discipline ne veut pas dire qu'on saura l'enseigner.

J'ai vérifié l'édition originale anglaise, la traduction française est correcte, ce n'est pas elle qu'il faut incriminer, même si la lecture dans le texte rend les choses plus claires. Mais j'ai fait une découverte  : il existe une version mise à jour du livre dont je ne sais pas si elle a été traduite en français. En fait, le titre a été légèrement modifié : au lieu d'"une brève histoire du temps", on a "une encore plus brève histoire du temps" (traduction libre de "a briefer history of time"). Dans la préface de cette nouvelle version, j'ai le plaisir de lire que je n'ai pas été le seul à émettre des critiques, que certaines expositions ont été raccourcies, et certaines explications rallongées. Ce livre et cet auteur  ne sont pas à jeter, et je vais céans m'offrir le plaisir de parcourir cette nouvelle version anglaise.


Un capitaine reptilien de la galaxie d'Andromède a malheureusement pris le contrôle de la flotte spatiale thaïe