mardi 30 mai 2017

Les néo-beaufs' et le conformisme intellectuel



Il y a bien longtemps, Marcel Aymé a publié un livre étrange...


...un livre qui ne s'inscrit pas dans la veine imaginaire de ses autres ouvrages : le confort intellectuel. C'est la rencontre avec un personnage un peu obtus en apparence, qui veut juger de tout à l'aune de son bon sens. Voilà qu'il épluche un poème de Baudelaire, se plaignant à chaque ligne de l'absurdité des images et de leur gratuité...

Mais ce n'est ni Monsieur Homais, ni Bouvard ni Pécuchet, ni l'autodidacte de Sartre - ce n'est pas l'imbécile de service. Il révèle au fil du livre une subtilité qui laisse interrogatif. C'est ainsi qu'Aymé pose la question du confort intellectuel et des modes intellectuelles sans qu'on sache en fin de compte de quel côté il se place. Eh oui, Aymé est un auteur génial et pas du tout orthodoxe : ce n'est pas pour rien qu'il a été placardisé après 68.

Autrefois, nous avions le beauf'. Il était de droite, il était CRS, il était méchant, alcoolique, inculte, colérique, vulgaire et gavé de certitudes. Et curieusement, il n'était jamais jeune.

Le beauf' était la caricature d'une certaine droite - insupportable et oppressante. Ses certitudes, c'était la nécessité de l'ordre à tout prix, et du respect servile de la tradition. Avec l'absolue conviction qu'il détenait la vérité.

Aujourd'hui, le beaufisme (ou la beaufité, comme tu veux) est dépassé(e). Mais il a des héritiers. Cette fois, c'est à gauche qu'on les retrouve. Ils sont tout aussi gavés de certitudes, et c'est sur l'écologie, les défavorisés, le féminisme... Pour le néo-beauf', c'est une évidence qu'une personne de gauche est forcément plus gentille, plus généreuse et plus citoyenne qu'une personne de droite. "La gauche n'a pas le privilège du cœur" ? Connaît pas.

Alors que le beauf' était physiquement dangereux (prêt au coup de poing pour régler un différend), le néo-beauf' a une violence plus sournoise, mais il est tout aussi agressif. Il procède par connivence tacite. Tu dois manifester que tu penses comme lui. Sinon, réprobation. Et tu seras aussitôt classé dans la catégorie des vieux croutons irrécupérables, des salauds et des ringards (oups ! c'est ringard d'utiliser ce mot !) Tu sentiras la pression, tu seras exclus, éloigné du gentil troupeau qui se tient chaud.

"Iegor Gran décrit très drôlement tout ça dans ses romans, par exemple O.N.G dont tu trouveras ici la critique sur ce blog.


L'autre jour, un membre de ce nouvel establishment tombait sur une publicité pour la fête des mères...


Les publicitaires sont d'habiles et sympathiques putains, et ils ont bien compris qu'il ne fallait pas sexualiser leurs offres : la différenciation des genres, ce n'est pas porteur en ce moment. Sauf que… ils savent qu'un grand nombre de gens n'ont pas les moyens d'offrir des cadeaux qui ne seraient pas utiles à la vie quotidienne. Ils savent aussi qu'un grand nombre de gens se reposent encore sur les classifications sexuelles traditionnelles : la femme à la cuisine, à la lessive ou au ménage et l'homme au garage, au jardin ou à la bétonnière. Car c'est statistiquement vrai !

Ils savent encore qu'il y a des gens qui, même dans des fonctions utilitaires, peuvent apprécier la technologie d'un fer à repasser avec réserve vapeur réglable et autres sophistications. Car ils aiment bien... repasser, ou ils aiment... bien repasser. Tout se trouve. Même des grands pervers qui aiment les deux. Mais ceux-là, ils feraient mieux de se cacher pour se livrer à leurs dégoutantes saloperie...

Mes bons publicitaires avaient donc mis quelques fers à repasser en dernière page - pour madame. Que n'avaient-ils pas fait ! Les voilà coupables du crime de lèse-féministes ! C'est quand même bizarre : tu leur offres un petit saphir, elles n'en peuvent plus, mais si tu sors la centrale vapeur, tu te fais pourrir. Pourtant, plus marqué genre, le saphir, on ne trouve pas mieux.

On avait les beaufs'. Il suffit de regarder, ils sont toujours là. Maintenant on a les néo-beaufs'. Beaufs', néo-beaufs', ils me fatiguent. Mais les gens ont besoin de penser pareil. Ça les rassure, ça leur garantit une place dans le groupe. Être un néo-beauf, c'est peut-être un signe de fragilité. Ou de médiocrité intellectuelle ? Mais toujours de conformisme.

Moi, je suis un bourgeois, je me tiens au courant et je n'offre pas d'aspirateurs. Mais quand ma femme m'a offert un coffret de clés Facoff pour la fête des pères, j'étais drôlement content ! Des clés Facoff, tu te rends compte !