jeudi 15 juin 2017

Qu'est-ce qui rend les français tristes et agressifs ?


Bienveillante Irlande...

Il fût un temps où j'allais très souvent en Irlande...

J'adorais ce pays où les gens étaient si gentils et - en apparence - si bienveillant. Quand tu es un étranger et que les gens sont agréables avec toi, tu peux te dire qu'ils essayent simplement de faire valoir leur pays, qu'il y a derrière cette amabilité un orgueil national. Ou à l'inverse, qu'ils n'aiment pas tant leur pays que ça et qu'ils démontrent à quel point ils considèrent que les habitants des autres pays sont tellement plus intéressants. Une amie française qui a passé sa vie en Irlande me dit que le pays contient son lot de cons et de jaloux. Mais elle y reste. Et elle préfère à la France dont elle n'aime pas l'ambiance.

A l'époque, j'essayais d'expliquer la bienveillance irlandaise par leur pauvreté. J'imaginais que la grande détresse des famines avait laissé des traces dans l'esprit des gens : c'est dans le malheur qu'ils sont solidaires et donnent le meilleur d'eux-mêmes. C'était avant qu'ils ne bénéficient des largesses de l'Europe agricole, avant qu'ils ne fassent du dumping fiscal pour attirer toutes les grosses sociétés comme Apple ou Microsoft. Depuis, c'est vrai, ils sont devenus moins bienveillants au quotidien. Mais je ne suis plus aussi sûr de mon explication par la richesse ou la pauvreté. Il y a tant d'exceptions !

En Thaïlande...

En Thaïlande, on trouve aussi beaucoup de gens souriant. Bien sûr, pas dans les endroits touristiques. Et puis l'écart culturel est tellement important qu'il n'y a pas de contact possible - autre que superficiel. Qui a son meilleur ami en Thaïlande ? Un thaï, forcément. Je ne connais pas de français dont le meilleur ami soit thaï.

Mai raconte que dans les campagnes, beaucoup de gens se refuseront à faire quelque chose pour quelqu'un - voisin par exemple - si cela peut lui faire plaisir. Comme on dit, ils se tirent dans les pattes et passent leur temps à s'envier et se jalouser. Certains disent que la situation s'est dégradée, que les gens sont devenus âpres, en Thaïlande, pas comme autrefois - même en excluant les thaïs en contact avec les touristes.

On décrit aussi les thaïs comme obsédés par le paraître. Ils se ruinent - littéralement - pour une voiture neuve, avec des taux à l'emprunt qui peuvent dépasser 20%. Ils font des fêtes pour montrer comme ils sont riches et l'argent est la chose la plus importante du monde. Pourtant, beaucoup d'étrangers trouvent la vie douce en Thaïlande, et ce n'est pas le seul fait du climat et de la mer bleue.

Compte combien de sourires sur cette photo dans cette fête populaire

Je suis aujourd'hui à Montréal...

Mon fils y habite depuis quelques mois. Il s'étonne de la gentillesse habituelle des gens : "on rencontre des gens, ils vous parlent, on a l'impression d'être entourés d'amis". Dans les cafés, les serveurs prennent l'initiative de faire durer la happy hour juste pour vous être agréables. Et s'il passe une soirée avec des français, il s'attriste d'entendre leurs éternels sarcasmes à n'importe quel propos. Car les français ne rient pas de choses, ils rient des gens.

Tout nouveau, tout beau au Canada. Et puis ce n'est qu'une vision superficielle des choses : il n'a pas d'amis canadiens, du moins pour l'instant. Mais il s'étonne : pourquoi les français sont-ils méchants ? Comment en sont-ils arrivés là ?

D'abord, sont-ils vraiment méchants ? Quand je vais dans mon supermarché habituel, en France, les vendeuses sont plutôt aimables, les gens sont à peu près polis. Mais on sent qu'il s'agit d'une politesse de surface. Il y a malgré tout parfois des comportements, des attitudes qui viennent du cœur. Il ne faut pas exagérer, les français ne sont pas des monstres.

Mais quand même. Il y a d'autres signes. Dans le classement des pays selon le pourcentage de gens qui se disent globalement heureux, la France est en net décalage par rapport à son niveau économique. Les français ne semblent pas très heureux de leur sort. Évidemment, il faudrait connaître avec précision les conditions de l'étude, les questions posées. Mais je suis enclin à penser qu'elle révèle quelque chose de vrai. Les français ne sont pas satisfaits de leurs existence, et ce qui va de pair, ils sont sarcastiques, pas très bienveillants. Il se dit que leur consommation de psychotropes - antidépresseurs et compagnie - crève le plafond en France. Et puis les français n'ont pas une excellente réputation à l'étranger - mais ils ne sont pas les seuls. Les russes par exemple ne sont pas appréciés.

Il faudrait comparer l'humeur des français avec celle des britanniques, des allemands, des espagnols, des italiens. Est-ce vraiment la peine ? Non. Car j'en suis sûr : en règle générale, les français sont plus agressifs que la moyenne, et je n'aime pas ça.

Et la question de mon fils reste sans réponse : qu'est-ce qui les a rendus comme ça ?

Ils vivent dans un pays magnifique. Ils ne sont pas dans la misère pour la majorité. Ils ont le droit de s'exprimer librement (enfin si on compare avec les dictatures). Ils bénéficient d'un système social et d'un système d'enseignement qui tiennent la route - et mieux que cela.

Alors qu'est-ce qui plombe les français ?

Et si c'était de ne plus être les maîtres du monde ? Douce époque du roi-soleil… enfin douce pour qui ? Pas pour les 95% de paysans qui travaillaient dur. Heureux intermezzo napoléonien… qui a duré une douzaine d'année et qui n'a pas été heureux pour tout le monde, loin de là. Mais bon, les français portent peut-être au fond d'eux, bien caché, le regret de ne plus être à la pointe, de ne plus régir l'économie, la culture, la mode, des colonies lointaines. Ils n'espèrent plus d'expansion. Ils ne se voient pas embarqués dans une aventure où ils joueraient le premier rôle. Ils ne peuvent plus qu'observer les petits signes quotidiens de leur déclin, MacDonalds, films américains, modes nippones, voitures coréennes, complexe vis-à-vis du dynamisme économique allemand, impression d'envahissement par les enfants des travailleurs qu'ils ont autrefois invités à bosser à leur place dans leurs usines à Billancourt et ailleurs.

Les français pleurent leur gloire défunte. Les allemands ont le projet de se faire pardonner et de revenir au premier plan. Les anglais ont le Commonwealth et des relations privilégiées avec les USA qui leurs permettent de se croire encore les maîtres du monde. Les américains et les russes ont en commun un nationalisme aigu qui les fait vivre. Les italiens, les espagnols, les belges n'ont jamais été les maîtres du monde et n'ont rien à regretter.

Il y aurait d'autres hypothèses. Celle d'une génétique dépressive et geignarde, d'une congénitalité pisse-vinaigre des français. Peu probable, avec tous les mélanges de population. Et pourquoi s'exprimerait-elle maintenant ? Autre hypothèse, celle d'une culture de l'amertume et du cynisme - mais alors, d'où viendrait cette culture ? Dire : c'est culturel repousse le problème et n'explique rien.

Même si je n'ai aucune certitude, même si l'hypothèse historique de la maussaderie française, ne me satisfait pas pleinement, je la retiens car je n'en ai pas d'autre.

Mais peut-être as-tu quelque chose de plus intéressant à proposer ?

Certainement un des plus beaux pays du monde car on peut y trouver de la beauté au détour de chaque chemin