lundi 20 novembre 2017

Enfin la vérité sur l'intelligence des blondes



Être une heure, une heure seulement
Être une heure, une heure quelquefois
Être une heure, rien qu'une heure durant
Beau, beau, beau et con à la fois

Beau et con à la fois ? Jacques Brel était chanteur, et dans ce genre de boulot, on ne mesure pas les problèmes que pose l'association de variables.

Tu prétends que les étudiantes en histoire de l'art seraient plutôt plus canon que celles qui sont en math-sup. Applicable aussi aux étudiants, avec des variantes dues à la culture et au sexisme.

Décidons qu'il existe une variable canon appelée c. Et une variable m qui correspond à bon en maths.

Je remarque déjà que celles qui sont en math-sup ont moins le temps de se maquiller et de passer du temps dans les magasins de mode (encore une fois, il y a l'équivalent masculin). Et je passe sous silence le bashing dont sont victimes les filles en ce qui concerne les maths dès leur plus jeune âge.

Enfin non, je ne le passe pas sous silence. Une expérience qui m'a semblé assez sérieuse a été faite avec deux groupes de lycéennes. Dans le premier groupe, on leur faisait faire un exercice de calcul en leur disant que cet exercice avait été utilisé dans des tests de passage vers un cursus de maths. Dans le second, elles faisaient le même exercice, mais on leur avait dit que c'était conçu pour tester les capacités artistiques. Résultat : le groupe auquel on a dit que c'était orienté maths a nettement moins bien réussi le test (désolé, je ne retrouve plus la référence de cette étude).

Bref, les maths, pour une fille, ce n'est pas sexy. Mais c'est plus compliqué que ça. Les filles ne font pas de maths parce qu'elles ont intériorisé l'idée qu'elles n'étaient pas bonnes, parce que ce n'est pas sexy, ou bien parce que c'est une revanche de celles qui sont moins sexy ? Ou tout simplement parce qu'au delà du bashing, elles sont réellement moins nombreuses à aimer ça, voire, elles sont réellement moins bonnes en math (on ne peut pas l'exclure a priori, sans le démontrer, juste par idéologie, même si je n'y crois pas une seconde).


Il y aurait peut être un autre argument en faveur de ton observation sur l'école d'histoire de l'art : un enfant sollicité et encouragé en permanence pour sa beauté sera-t-il plus enclin à faire son chemin dans la vie en utilisant cet atout ? Sans doute. Il préfèrera donc suivre un cursus scolaire et universitaire plus simple. J'espère ne choquer personne si je dis qu'il est plus facile de faire histoire de l'art que math-sup.

Les deux variables canon et attiré(e) par une cursus de maths seraient donc inversement liées (attention, j'ai dit :"attiré par un cursus de math", je n'ai dit : "bon en maths", et j'ai encore moins dit : "plus intelligent"). Ceux qui ont plus de l'un auraient tendance à avoir moins de l'autre.


Montre-moi que tu n'es pas un robot : marque d'une croix la cloche en courbes, d'un cercle la courbe en cloche.

Mais il est temps de parler d'un autre facteur : la loi normale qui régit les processus biologiques - qu'illustre la célèbre courbe en cloche. Elle dit qu'il est plus probable d'être à l'intérieur de l'écart-type qu'au-delà. Ce qui veut dire qu'on n'a plus de chances (?) d'avoir un aspect physique "banal" que canon.

De même, on n'a plus de chances (?) d'avoir une intelligence moyenne qu'une intelligence brillante.

A priori, les variables sont indépendantes et en aucun cas on ne peut dire que la probabilité d'être canon est égale à : 1 - la probabilité d'être intelligent, contrairement à la croyance populaire plus on est beau, plus on est bête.

Admettons pour la démonstration que les hommes préfèrent les blondes (et les trouvent plus canon), ce qui reste à démontrer. Du fait de l'indépendance des variables c (canon) et i (intelligent), on ne peut en aucun cas dire que les blondes seraient plus connes. D'ailleurs, il n'y a pas de proximité connue entre les locus ADN de la blonditude et les locus ADN de l'intelligentitude, selon Ségolène Royale et les généticiens.

Une étude US citée par Cosmo dit même le contraire : en moyenne, les blondes ont un QI de 103,2, contre 102,7 pour les brunes, 101,2 pour les rousses, et 100,5 pour les femmes aux cheveux noirs. Échantillon soi-disant représentatif de la population américaine... Dommage : le QI moyen aux USA est de 97. Ce qui laisserait entendre que les femmes américaines sont nettement plus intelligentes que les hommes. Possible ! Mais à ce point, pas vraisemblable. L'enquête a été menée dans des centres militaires. On pourrait alors aussi conclure que les recrues de l'armée américaine sont bien plus futées que la population générale. Wow ! Ou à la limite, que cette étude (et ce journal) sont complètement stupides (d'autant qu'elle ne dit pas si l'armée ne recrute que des canons).

En théorie, la probabilité d'être canon et intelligent serait le produit des probabilités p(c) x p(i). Donc bien plus faible que p(c) ou p(i) seuls. Exemple : soit 10% la probabilité d'être carrément canon et 10% la probabilité d'être carrément intelligent. La probabilité d'être carrément canon et intelligent est donc 1%. Donc moins les études seraient exigeantes en capacités intellectuelles, plus la probabilité d'y trouver de beaux étudiants serait grande ? Je te laisse trouver la réponse... qui n'est pas si simple.

Mais ce qui est sûr, c'est que les effectifs des étudiants qui ne sont pas dans des cursus élitistes sont plus importants : donc le nombre brut de beaux étudiants y est plus élevé.

Quant aux variables canon et attiré par un cursus de maths, nous avons dit plus haut que les deux variables étaient peut-être inversement liées. Ce qui donnerait alors une probabilité encore inférieure au 1% de notre exemple. Et conforterait l'image du geek boutonneux, du crâne d’œuf à l'air maladif et du bas-bleu.

Passons maintenant aux exercices et applications pratiques. Tu m'as dit hier que tu avais l'esprit de finesse, pas l'esprit de géométrie. En admettant que ces concepts soient opérants, peut-on dire comme tu le sous-entends, que p(f) = 1 - p(g) ? Que la finesse et la géométrie sont inversement liées ?

Solution : je ne vois pas du tout ce qui pourrait te permettre de l'affirmer. On peut avoir l'esprit de finesse ET l'esprit de géométrie. Et surtout, on peut avoir la vérole et un bureau de tabac.

Blonde, canon, pas la vérole mais un bureau de tabac : comprenne qui pourra et passe-moi l'aspirine.

ps : t'as vu, tout au long de ce post, j'ai joué de l'ambiguïté entre intelligence et capacités en maths, sans jamais me planter ! Enfin je crois... mais ça fout bien le bordel, quand même. Surtout qu'il y a beaucoup de gens que ça rend mal à l'aise - j'aurais peut-être dû m'abstenir.

ps 2 : je rejette d'emblée toute discussion sans possibilité de conclusion sur le fait qu'il y ait plusieurs formes d'intelligence, blablabla. A quoi bon, puisqu'on n'arrivera à rien. J'ai pris le parti de rester dans les considérations habituelles, scolaires, IQ, etc. qui ont d'importantes limitations mais permettent de donner des directions. Ça se voit pas, mais il y a des fois où je suis assez blond, comme mec.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire