vendredi 29 décembre 2017

Shingeki no Kyojin ou l'attaque des titans : après avoir terminé la première saison.


Dommage, tu ne peux pas lire les noms, mais tu vois qu'il a vraiment beaucoup de personnages - de quoi se perdre.

Je me dois de corriger l'impression plus que dubitative que j'ai laissée sur cette série dans mon précédent post.

Shigen non kyojin est une bonne série d'animation. Une série de guerre qui en embrasse divers aspects : non seulement les faits d'armes et les défaites, mais aussi les planqués, les civils.

C'est aussi une série fantastique, avec une bonne cohésion entre le normal et le paranormal qui se résume à un seul fait - l'apparition des titans sur terre.

C'est enfin, en théorie, une série d'anticipation, mais le seul gadget réellement futuriste (et d'ailleurs très improbable), c'est le mode de déplacement des soldats en formation de combat. Le reste se rattache plutôt au passé - par exemple il n'y a pas de voitures.

Certainement moins censurée que j'ai pu le dire dans mon premier post. Par moment, ça peut être franchement gore.

Je me suis habitué à la médiocrité de l'animation en général, et aux codes particuliers à l'animation japonaise (les yeux qui cillent, les larmes qui coulent…) De même, le graphisme qui me semblait vraiment bof, je ne dirai pas que je le trouve gracieux, il est souvent kitsch, mais agréable malgré tout. La bande son est parfois recherchée.

C'est une série épique, avec ce que cela suppose de phrases et déclarations solennelles. Mais elle est complexe. D'abord, elle n'est pas centrée sur les deux personnages du début, il y a une grosse douzaine de personnages qui ont du relief. Ensuite, il y a beaucoup d'inattendu (et ce n'est pas dû à une incohérence du caractère des personnages). Certes, c'est souvent caricatural pour nos yeux occidentaux. Mais les dialogues peuvent être très subtils. Et comme toujours, quand il y a de jeunes soldats morts, c'est émouvant.

Une grosse part est accordée à la voix intérieure des personnages, à leurs doutes. C'est parfois lourdingue, mais ça donne un véritable sens à cette histoire : une méditation sur le courage, la mort, l'intérêt personnel vs la communauté. Certes ce n'est pas de la dentelle psychologique - pour autant c'est tout sauf nul. On y trouve de l'ironie. De l'humour, je ne sais pas, je n'ai peut-être pas compris.

D'ailleurs, beaucoup de détails surprenants montrent notre décalage avec les mentalités japonaises. Ce qui constitue une bonne partie de l'intérêt de la série pour moi : c'est nouveau.

Je m'attendais à du sexisme - après l'une des premières scènes où papa fume la pipe et maman fait la vaisselle. De ce côté, j'ai été plutôt agréablement surpris (mais je n'ai pas la sensibilité de certaines sur le sujet). Les hommes pleurent plus que les femmes…

La structure de la série est intéressante, avec des flashbacks assez nombreux, sans être gênants. Surtout, ce qui est bon, c'est qu'il y a une cohérence globale, au contraire d'un grand nombre de séries "à l'épisode". On ne sait pas où on va, mais on y va. Même si c'est parfois tordu.

Bref, une anime surprenante, très correcte au niveau du scénario, cohérente, intelligente… et intéressante si on adhère au thème warriors - et aussi par curiosité.

Par terre à gauche, une jambe coupée, à droite en l'air, un bras qui tombe : ils font des pieds et des mains pour compenser l'absence de membre entre les cuisses...


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire