mercredi 27 décembre 2017

Tous mes voeux pour cette nouvelle année 2118


L'image qui se trouvait (et que j'ai mise en fin de post) a été censurée par Facebook. Je pense que celle-ci passera.

Il y a encore en France une moitié d'électeurs qui marchent non pas à côté de leurs pompes, mais derrière leurs pompes. Ils marchent en reculant - le moon walk. Ceux qui ne veulent pas de l'Europe. Bien sûr, ils peuvent toujours expliquer qu'ils ne veulent pas de cette Europe, celle qui existe maintenant. Et c'est juste, cette Europe construite trop vite, avant tout économique, prête le flanc à la critique. Dommage.

Car l'avenir, justement, c'est forcément l'Europe. L'Europe comme transition vers un gouvernement mondial. Not an option ! Le résultat attendu des progrès technologiques, communication matérielle ou virtuelle. En 1066, Le Mans était une ville indépendante et autonome au milieu de la France. Aujourd'hui, inenvisageable. Parce qu'il y a trop de liens entre Le Mans et le reste du pays. Liens économiques, solidarités obligatoires, circulation des personnes et des idées. Tu me suis ?

Alors imagine…

Un gouvernement qui édictera des règles universelles. Il n'y aura plus de disparités entre la réglementation du droit du travail en Chine, en Pologne et en France.

Il n'y aura plus de parité des monnaies ni de spéculations sur leurs cours. Les uns ne vivront plus à crédit sur les autres en faisant tourner la planche à billet d'une monnaie forte (et verte).

Il n'y aura plus de pays de non-droit.

Il n'y aura plus d'accord d'extradition, car la loi pénale serait la même partout.

Il n'y aura plus de multinationales qui joueront sur des fiscalités différentes, car le fisc sera universel (ça fait quand même un peu peur, quand je vois ça écrit noir sur blanc).

Il n'y aura plus d'armées pour porter la guerre hors des frontières car il n'y aura pas de frontières. Et la science ne sera plus détournée vers des fins belliqueuses. Il n'y aura plus d'espions qui viennent du froid. Les fondamentalistes criminels ? Poursuivis partout. Car il sera illégal de vouloir prendre le pouvoir.

Le gouvernement pourra enfin mettre au pas les paradis fiscaux et s'enrichir légitimement de cet argent noir.

Il y aura moins de misère car le monde sera solidaire du monde. On ne pourra pas faire travailler les enfants. Le travail pourra être rare, pas très bien payé, pénible ou carrément chiant, il sera rémunéré décemment.

Il n'y aura plus de pays qui ferment les yeux sur leur production de drogue, car il n'y aura plus de pays. Ce qui n'empêchera pas qu'il y ait toujours de la drogue, car chacun est libre du moment qu'il est informé et assume ses responsabilités.

Il y aura plus de liberté de circuler, mais moins d'immigration, car les différentiels entre les nations se combleront : les systèmes sociaux seront identiques.

Le réchauffement de la planète ne dépendra plus des intérêts égoïstes des nations.

Le monde sera organisé. Ce ne sera plus un ramassis d'intérêts de groupes plus forts que les États. Cette demi-ploutocratie anonyme. Le monde sera un ensemble cohérent. Le bordel nécessaire du monde sera cohérent.

Ce ne sera pas pour autant un endroit uniformisé. La diversité des cultures et des langues sera maintenue - ou ce qu'il en reste. Les multinationales ne pourront pas détruire aussi facilement qu'aujourd'hui les spécificités locales sous prétexte de créations d'emplois, d'enrichissements locaux, ou sous couvert d'une modernité en toc.

Chacun pourra entreprendre, réussir. L'initiative sera toujours récompensée. Il y aura forcément des inégalités. La liberté sera préservée. Le système ne tombera pas pour autant dans les vieilles lunes du communisme. Mais il y aura une solidarité : un humanisme donnant leur dignité à tous les hommes. Et la fraternité ? Désolé, je ne suis pas le frère de tout le monde. Et je n'essaye pas de te vendre du rêve.

Mais le gouvernement mondial éliminera beaucoup d'obstacles qui pourrissent la vie de l'humanité. Si on regarde bien, la plupart des problèmes actuels proviennent des frontières, des différentiels entre les pays, de leur concurrence, de leurs régimes politiques délirants ou de leur nationalisme myope, des conduites de prestance de leurs dirigeants.

Curious George

Est-ce que tu as bien pris conscience du changement opéré durant ces trente dernières années ? La question n'est plus de savoir quelle forme de gouvernement on souhaite. On s'accorde assez largement sur l'idée d'une démocratie libérale et d'un contrôle des excès du capitalisme. Les idéologies sont aux oubliettes. Le problème, c'est l'absence d'efficacité des gouvernements. Liés à la foi aux exigences de leur électorat et aux pressions économiques étrangères. Tout le monde se paralyse mutuellement. Comme plusieurs personnes qui se bousculent pour passer une porte en même temps, alors qu'il suffirait d'un minimum d'organisation. Il faut quelqu'un qui ait la big picture.

La forme elle-même de ce gouvernement mondial ? Ni une internationale communiste, ni une multinationale capitaliste. Une démocratie, forcément. Un corps législatif unique. Sans doute des exécutifs dispersés dans diverses régions du monde.

Pas la peine de hausser les épaules, de me dire que je rêve et que tu seras mort depuis bien longtemps... Qui aurait imaginé les États Unis d'Amérique quand les pèlerins du Mayflower ont abordé Cape Cod ? Justement, il faut commencer maintenant à y penser car c'est un travail de longue haleine.

Les scientifiques nous ont montré l'exemple. Pendant les dernières guerres, ils ont réussi à maintenir des collaborations internationales. C'était loin d'être simple. Mais eux, ils ont déjà compris.

Le gouvernement mondial, ce n'est pas pour tout de suite. Et ça ne garantira pas le bonheur. Il y aura toujours des chagrins d'amour, des parents, des enfants et des amis qui mourront. Des maladies, des cataclysmes. Mais on vivra mieux.

Alors ne marche plus derrière tes pompes et arrête ton moon walk - c'est joli, mais ça finit par être agaçant !

Le monde est divisé. C'est la raison pour laquelle certains sont dans la m...