lundi 11 juin 2018

De l'indignation comme prothèse de cerveau


Leçon 1: regarder droit dans les yeux, moue ironique mais bienveillante, l'air de dire : tu me prends pour une pomme ?

J'ai des amis formidables. Surtout mes amis Facebook. Ils sont extraordinaires. Ils sont cools, plein d'humour, ils sont généreux, attentifs aux autres. Ils compatissent à la détresse des gens et font ce qu'ils peuvent to make the world a better place. Franchement, je ne suis pas sûr de mériter de tels amis, car je me trouve beaucoup plus égoïste et insensible.

Mais il y une chose.

Une chose qui m'agace pas mal me plaît plus que tout.

Ils sont indignés. Pas tous, malheureusement ! Une belle indignation. Noble. Puissante. C'est bien simple, ils sont tellement indignés qu'ils n'ont pas de mots (juste ceux des autres). Mais ils portent à ta connaissance les fulgurances d'un quelconque plumitif qui se répand sur le web.

La chambre des députés n'interdit pas le Triglougloustroupf. Vague d'indignation. Casino fait des bénéfices tout en maintenant son plan de licenciement. Marée d'indignation. Trump fait une plaisanterie stupide. Torrents d'indignation. Etc.

Facebook est un endroit où l'indignation coule à flot. Tu pourrais y naufrager un paquebot, on ne verrait pas les cheminées.

Ce qui est bien, avec ces indignations, c'est que ça dispense de penser. On n'a pas à expliquer, à donner des raisons : on est indigné et ça suffit. L'indignation s'auto-justifie.

C'est ce qui la rend si pratique. Car si le lecteur du billet vengeur ne s'est pas indigné à son tour, c'est qu'il est lui-même indigne. L'indignation, c'est une manière de te forcer à être d'accord sans réfléchir. Le consensus obligatoire. La connivence forcée. T'es mon ami ? Oui ? Alors mange la chenille vivante que je te mets sous le nez. Et discute pas. L'indigné, c'est la forme occidentale de l'ayatollah, bien propre sur lui, sans les babouches.

Avec l'indignation, tu coupes le monde en deux : les bons et les mauvais. Ceux qui sont indignés sont les gentils. Les autres sont forcément des salauds.

Pas la peine de réfléchir : on t'apporte du tout cuit, du tout mâché, inutile de chercher des arguments. Ne prend pas de recul, tu pourrais tomber sur le dos ! Surtout ne donne pas la parole à l'autre, son cas est déjà jugé. Il est présumé coupable - par essence, puisqu'il est le motif d'indignation.

C'est grâce à l'indignation que l'extrême-droite a fait naguère le plein des voix - en véhiculant des histoires hallucinantes racontées par un "homme de bonne volonté issu du peuple", forcé par les évènement à prendre la parole pour dire enfin la vérité ! Il est cocasse de voir que la recette piquée à une formation dont la générosité est discutable, est reprise par un concert de voix très disparates, mais qui revendiquent toutes d'avoir l'apanage du cœur. Du cœur, peut-être, mais pour le cerveau, j'ai des doutes.

Mieux que le protoxyde d'azote : un petit flash d'anesthésie à l'indignation, et hop, ablation complète de la glande à esprit critique. Après ça, t'es plus emmerdé, tu pourras digérer les histoires les plus invraisemblables, gober les chiffres les plus douteux.

Et si par hasard tu avais le mauvais goût de demander les sources, on te renverrait vers le site du plumitif ou ses œuvres complètes pour accéder à l'étape suprême de la connaissance qu'ils ont déjà, forcément... C'est fou le nombre de spécialistes en économie, droit, relations internationales, médecine, diététique, physiologie humaine, éducation, etc. que je connais !

Parce que le copier-coller qu'ils ont fait, c'est juste pour élever le niveau de conscience des gens - "ma réaction à chaud pour les avertir, les informer, les alerter, tu comprends ?"

Euh... balancer des propos incendiaires, des chiffres à la noix, bref, prendre les gens pour des billes, je ne suis pas sûr que ça les éclaire beaucoup !

J'ai sans doute tort de me plaindre. Grâce à l'indignation, je retrouve mes sept ans et la littérature enfantine, avec des méchants qui sont des génies du mal, fourbes, cruels, machiavéliques, riches et sans cœur. Le monde devient tellement plus simple. Si facile à comprendre. C'est magique. Merci Facebook !

Il existe des salauds dans le monde. Des cyniques, des malveillants, des cupides. Plein.

Quand elle les juge, la Justice leur donne la parole, elle entend toutes les parties : elle est aveugle, mais elle n'est pas sourde. L'indignation Facebook est plus expéditive. Elle a le côté sommaire de la justice populaire, avec ses fourches et ses torches, elle-même pas très loin de celle des pays dits totalitaires.

Mais elle n'est pas méchante. Elle est tout simplement bête.

Leçon 2 : supporter avec douceur le manque de respect qu'on témoigne pour ton intelligence, et répondre suivant un format adapté à la compréhension de ton interlocuteur - mais toujours avec gentillesse...