jeudi 14 juin 2018

Houellebecq et "Les particules élémentaires" : un livre Wiki




Une amie s'étonnait d'une certaine parenté entre mes préoccupations et celles qu'exprime Houelbecq dans "Les particules élémentaires".

Question de génération, tout simplement. Houellebecq raconte la vie d'hommes mûrs d'origine plutôt bourgeoise et passés par l'université, plutôt intello et de culture très française. Il est bien naturel qu'il y ait de nombreux recoupements.

J'ai déjà lu Plate-forme et pour tout dire, je ne me rappelle pas si je suis allé jusqu'au bout, je sais seulement que j'ai trouvé le bouquin accrocheur mais complaisant et rapidement lassant. J'ai aussi lu Soumission : l'idée est amusante, j'ai aimé la provocation, mais la structure est vraiment faite de grosse ficelle, avec beaucoup de remplissage. Je n'étais donc pas très enthousiaste pour un autre Houelbecq.

On m'a incité à jeter un coup d'œil sur les particules et je me suis laissé faire. Déjà, le titre prétentieux, utilisant un lieu-commun de la fascination grand public pour la physique moderne : moyen (au fait, "particules élémentaires", ça ne se dit plus dans les labos).

Ensuite, je me suis surpris plusieurs fois à vouloir corriger le style :
- Zut, il faudrait supprimer ce morceau de phrase, il n'apporte rien, il est en trop...
- Là, ce n'était peut-être pas la peine de faire autant la pute, il vaudrait mieux couper...
- A quoi ça sert de citer des marques ? Parce que le lecteur a utilisé les mêmes, il va s'y croire...?

Etc.

Curieusement, je n'ai jamais eu cette envie en lisant Flaubert ou Sarraute.

Les passages sexuels sont lassants, mais je ne dis rien, peut-être que d'autres seront émoustillés.

Et surtout, pour résumer, on va dire que c'est un livre Wiki : tu sais, ces livres constitué d'articles Wikipédia. Ok, les articles sont plutôt intelligemment retranscrits, Houellebecq les personnalise, et les relie par le fil du roman. Mais la structure affleure et n'a rien de grandiose.

En fait, comme j'ai internet, je préfère choisir moi-même les articles qui m'intéressent...

J'ai jeté très vite… mais j'en ai lu assez, je maintiens mon opinion, et tant pis si on me trouve péremptoire.

...

Tu dis ? Ce livre raconte les mœurs d'aujourd'hui, pose des questions sur le bonheur et la solitude contemporaine, fait une analyse psychologique qui tient la route. Peut-être, mais on disait déjà ça de Paul Bourget en 1918. Tu as lu du Paul Bourget, toi ? Non ? Alors, circule, virgule, ou je t'apostrophe !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire