mercredi 18 juillet 2018

Comment devenir un bon parent en regardant "Macha et l'ours"


La plus belle de leurs églises ressemble à un jouet : forcément, ils savent parler aux enfants !

Si tu as de jeunes enfants, tu connais Macha et l'Ours (Macha et Michka en français), une série animée russe qui date de 2009. Diffusée dans tous les pays du monde, c'est l'une des plus regardées sur YouTube - et de nouveaux épisodes sortent régulièrement.

Il est rare qu'un dessin animé destiné aux petits intéresse aussi les grands. Moi, je suis sous le charme et je vais te dire pourquoi.

L'histoire est simple. Un ours en retraite vit paisiblement dans sa datcha dans la forêt. Une petite fille assez insupportable entre dans sa vie. Une affection très forte ne tarde pas à lier l'ours à la petite fille, malgré ses exigences tyranniques et les bêtises qu'elle fait "sans le faire exprès".

Les personnages ont une véritable épaisseur. Macha, avec son look de petite paysanne russe, son fichu et ses tresses blondes - un bulldozer malgré sa taille, le prototype de la femme russe qui a fait vivre l'Union Soviétique pendant que les hommes se faisaient massacrer sur le front à l'ouest. Michka, l'ours épicurien, sentimental et débonnaire. Le lièvre voleur et tricheur, le cochon qui danse, le vieux complice tigre, la chèvre, j'en passe… et aussi deux loups dont on ne saura jamais s'ils sont bons ou méchants, qui exercent la médecine dans une épave de fourgon-ambulance.

"Aide médicale d'urgence" dit le fourgon poussé par les loups.

Les graphismes sont ronds, classiques, mais inventifs - les animaux ont des têtes extraordinaires. L'animation est de bonne qualité, donnant une forte impression de relief. Les fonds sont remplis de belles textures et de détails amusants.

Dans ce genre de production, on s'attend à voir parler les animaux, comme dans Choupi ou Trotro. Mais pas du tout : ils ne s'expriment que par gestes, grognements et mimiques. Ils n'ont d'ailleurs pas de nom, pas de maison, ils ne sont pas très humanisés, à part Michka qui a longtemps vécu avec les hommes, quand il travaillait dans un cirque.

Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si le titre original est Macha et l'ours, et non Macha et Michka : le traducteur n'a pas compris. Macha n'est pas l'amie d'un humanoïde qui aurait l'allure d'un ours. Ce n'est pas non plus l'histoire de deux copains. C'est bien celle d'un humain et d'un animal entre lesquels va s'établir une forme de relation enfant-parent.

On retrouve là un classique des contes russes - le lien entre le monde humain et le monde animal. Pierre et le loup - même structure de titre - en est une autre illustration. Ou encore le très beau conte des Oies sauvages, que j'ai traduit et dont je publierai l'analyse - c'est tout simplement magnifique. A la limite, réfléchis à la différence entre Tintin et Milou, et Tintin et le chien : projets narratifs très différents.

Chacun des animaux a un caractère défini. Certains féministes reprocheront aux auteurs de montrer l'ourse dont Michka est amoureux comme une coquette vaine et changeante. À tort. Cette image de la féminité est habituelle dans le monde russe et fait partie de la tradition. Elle est revendiquée par les femmes elles-mêmes - et les Femen sont un épiphénomène monté en épingle par la presse occidentale. Elle est contrebalancée par le côté fort, volontaire, garçon manqué de Macha, son intelligence aux échecs par exemple, son énergie indomptable. Ce qui n'empêche pas la petite fille d'être attentive à son aspect physique et d'en être fière.

Il n'y a pas de morale dans Macha et l'Ours, ce qui oppose encore la série aux autres productions pour enfants. Macha fait des bêtises, mais on l'aime quand même. Elle n'a pas à comprendre ses torts, à s'excuser, à se racheter, à apprendre la leçon. Le thème principal de ce dessin animé, c'est l'amour indulgent, l'amour sans condition.

À ce titre, c'est l'anti-comtesse de Ségur, où les enfants sont battus et dressés comme des animaux pour se conformer à une norme sociale et satisfaire des parents exigeants. Qui peuvent alors enfin les aimer... Mais quelle salope, cette comtesse ! Heureusement qu'elle a quand même du style...

Dans Macha et l'ours, il y a réciprocité des sentiments : Macha aime Michka et Michka aime Macha. Mais il n'y a pas symétrie : Michka donne beaucoup - de son temps, de sa patience, de ses réserves - alors que Macha se contente d'être Macha, l'attachante Macha.


Un jour, je suis tombé sur un livre pour enfants qui parlait de l'homosexualité paternelle. On me dira qu'il est important de mettre des mots sur les grands problèmes dès le plus jeune âge. Dommage qu'on soit obligé de passer par des livres, et que les parents ne puissent pas exprimer leur vision personnelle !

Le monde de Macha et Michka, lui, est sans problèmes, sinon ceux que provoque Macha. Bordel ! qu'on foute la paix aux enfants, qu'on les laisse vivre leur vie, qu'on ne les assomme pas dès le plus jeune âge avec nos problèmes ! Ils ont déjà les leurs, que les adultes minimisent en les appréciant selon leurs propres critères. Combien d'adultes se souviennent de leurs problèmes d'enfants ? Très peu. Alors sont-ils fondés à juger ?

Pourquoi les enfants pleurent-ils? Pour le plaisir ? Non, parce qu'ils sont réellement malheureux. Ce n'est pas parce que le problème est réglé en un quart d'heure qu'il n'est pas important. Seuls la vitalité et l'optimisme des enfants leur permettent de le dépasser si vite - vitalité qui s'épuise à l'âge adulte.

Le bâton de rouge à lèvre dont la petite fille se voit interdire l'usage, c'est l'impossibilité de ressembler à sa mère, la route barrée à la perspective de grandir, sans raison qu'elle puisse comprendre. Car le prix du bâton de rouge Dior, elle s'en fout, elle ne comprend pas. Les vêtements tachés : elle ne fait pas la lessive. Et les tabous sexuels - on ne présente pas une gamine comme un objet de séduction - lui passent bien au-dessus de la tête. Alors pour elle, c'est d'autant plus terrible que c'est gratuit, cela ne fait aucun sens !

Ce n'est pas parce que la série ne parle pas d'homosexualité, de ségrégation raciale, de handicap et de tolérance qu'elle édulcore la réalité. Ces questions sont traitées avec brio dans une autre série animée destinée aux ados, South Park, auquel je consacrerai un article. Ceux qui veulent introduire trop tôt des problèmes d'adultes dans le monde de l'enfance ravagent la réalité de ce monde qui fonctionne à l'affectif et non au raisonnement.

La série n'est pas éducative. La clé de voute, c'est l'amour parental. Un épisode met en scène la peine de l'ours lorsqu'il se sent délaissé par Macha au profit d'un petit panda de son âge. Les enfants s'intéressent aux jeux et aux aventures de la petite fille. En revanche, les adultes sont sensibles à la problématique relationnelle de l'ours. La force de la série, c'est qu'il y a deux fils rouges, celui des enfants et celui des adultes, développés en parallèle.

Il y a une fin à cette série - publiée bien avant sa fin réelle, puisqu'elle est toujours en cours de production. C'est le départ définitif de Macha : elle a grandi, sa place est ailleurs, à la ville. Grand vide chez tous ses amis. Là encore, la tristesse générale, déguisée sous des incidents farfelus, est présentée avec une infinie délicatesse.

- Mais est-ce que les enfants y comprennent quelque chose, au fond ?
- Pas tout, mais une grande partie. Car dès le plus jeune âge, les enfants sont pré-câblés pour ressentir la douleur des autres. Ils sont pour la plupart naturellement empathiques.

Macha et l'ours dépasse de très loin tout ce que j'ai pu voir dans les productions enfantines. J'y lis l'amour immodéré que les russes ont pour les enfants, la poésie et la finesse de ce peuple qui souffre d'un préjugé étrangement défavorable en occident.

Et si tu veux vraiment tout savoir, il m'arrive de regarder cette série sans ma fille...


PS : on préfèrera les trente premiers épisodes aux derniers, produits pour surfer sur le succès planétaire de la série.

Macha et Michka analyse,Macha et Michka pour quel age, dessin animé russe, anime russe, dessins animés pour enfants, meilleurs dessins animés, comment éduquer son enfant, enfants et télé



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire